en Bonne Compagnie

Pour une culture vivante en Pays de Sillé

Nos objectifs : faire vivre deux lieux historiques du Pays de Sillé, le château de Sillé le Guillaume et l'Abbaye de Champagne à Rouez, en vous proposant des spectacles et animations culturelles...

 

Qui sommes-nous ?

L'association En Bonne Compagnie a pour mission la mise en valeur du château de Sillé et de l'Abbaye de Champagne à Rouez en Champagne par la diffusion de spectacles vivants et expositions.
L'association, née en 2004, sous le nom de Culture Vivante en Pays de Sillé est membre du réseau Patrimoine Vivant initié et subventionné par le Conseil Général de la Sarthe.
Aujourd'hui, elle compte 16 membres actifs, dans une tranche d'age de 17 à 80 ans.

En Bonne Compagnie s'engage depuis toujours pour une culture populaire, c'est à dire pour tous.
Dans cette volonté de rencontrer le plus large public possible, nous proposons des animations souvent gratuites ou à prix d'entrée inférieurs à 10€ (en moyenne 6€), aussi des tarifs étudiants, chômeurs, gratuité pour les moins de 12 ans.
Sa programmation est ouverte à tous les genres, à tous les publics et, c'est toujours dans un climat convivial et joyeux qu'elle organise ses manifestations et accueille ses « invités ».

Convivialité et Partage sont les éléments fondateurs de l'association et caractérisent son "état d'esprit", son nom en est l’écho...

Retrouvez-nous également sur Facebook...

Les lieux

L'Abbaye de Champagne

En 1188, Foulque Riboul, seigneur d'Assé, fonde l'Abbaye de Champagne avec des moines venus de l'abbaye de Savigny dans la Manche.
Le nom de la nouvelle abbaye reprend celui de sa région d'implantation, la Champagne mancelle.

Les caractéristiques

Le site répond aux principales exigences de l'ordre cistercien : isolement et présence de l'eau.
En effet, l'abbaye se situe quasiment sur le point le plus éloigné des quatre paroisses qui l'entourent, Rouez, Crissé, Conlie et Tennie. Les deux ruisseaux qui arrosent le vallon permettent aux religieux de mettre en eau cinq étangs destinés à la pisciculture et à l'alimentation du moulin du monastère. Pour l'eau potable, les moines disposent d'un puits au sein du cloître et captent une source située à flanc de coteau à environ 500 mètres du monastère. L'eau circule dans des canalisations en terre cuite jointes au plomb et la pente augmente le débit.

La période prospère

La nouvelle communauté va rapidement s'enrichir grâce aux dons de fidèles désireux de sauver leur âme. La famille Riboul, fondatrice ainsi que les seigneurs de Sourches, de Courceriers et de Tucé vont particulièrement contribuer à la croissance de son domaine.
À la fin du XIIIe siècle, les moines de Champagne possèdent des biens, principalement des terres, sur une cinquantaine de paroisses, 34 dans le Haut-Maine et 16 dans le Bas-Maine.

À cette période de croissance et de prospérité succède la crise des XIVe et XVe siècles : l'abbaye recentre son activité sur les terres situées dans un rayon de quelques kilomètres autour du monastère. Il faut attendre la seconde moitié du XVe siècle pour voir les moines de Champagne reprendre en main l'ensemble de leur domaine.
Au XVIe siècle, l'abbaye tombe en commende et n'est plus administrée par un abbé élu par la communauté. L'abbé commendataire, nommé par le roi, est un haut personnage qui ne réside pas au monastère mais perçoit une part importante de ses revenus. Lancelot de Vassé devient le premier abbé commendataire de Champagne en 1553. L'abbaye connaît alors un certain déclin que n'arrête pas la réforme imposée à Champagne au XVIIe siècle par Rancé, futur abbé de la Trappe.

La Révolution Française

A la veille de la Révolution, l'abbaye ne compte plus que huit religieux et certains de ses bâtiments menacent ruines. La Révolution abolit le monastère qui est revendu avec toutes ses terres comme biens nationaux en 1791. Les bâtiments conventuels, que leur état rend dangereux, sont abattus et la pierre revendue. Seuls le cellier et les cuisines de l'abbaye sont alors épargnés et transformés en exploitation agricole.

Sources Revue du Maine - 1896 / Archives départementales de la Sarthe
www.abbayedechampagne.com

Le château de Sillé le Guillaume

Le château était la résidence des barons de Sillé-le-Guillaume, une des anciennes baronnies du Maine. Le château fort originel a été bâti au cours du XIe siècle. La place forte, étant proche de la Bretagne et de la Normandie, a été le théâtre de nombreuses batailles, dont les assauts de Guillaume le Conquérant ou de l'armée anglaise durant la guerre de Cent Ans. Elle sera prise et reprise plusieurs fois par chacune des parties. Endommagée, elle est renforcée au XVe siècle par le baron mais l'arrivée de la poudre à canon va rendre cette restauration inutile. Au XVIe et XVIIe siècle, elle est rendue plus habitable par ses occupants. Le château accueilli le lycée durant le XIXe siècle avant d'être acquis par la commune.